Rogue One: A Star Wars Story TRUFRENCH DVDRIP 2016

Critiques : avis d'internautes :

Qu’on se le dise, Hollywood avance ses pions avec ses grandes sagas ou ses grosses franchises mais détourne son regard par des chemins de traverse différents. Au lieu de mettre les pleins phares sur les figures de proues mastodontes, cette machine cinématographique décide depuis peu de mettre des visages sur des noms moins connus, d’observer l’histoire par le bout de la lorgnette. On pourrait penser que cette volonté est de rendre hommage à la petite histoire qui fait naître la grande.

Ballade de deux heures dans un musée de plastique à la gloire d'un Star Wars de la fin des années 70. Tout y est fidèlement reproduit : les casques lustrés, les acteurs morts ressuscités en 3D, les combats spatiaux à l'odeur de formica et cette grosse boule disco d'étoile noire qui ne cesse d'être le prétexte à un scénario névrosé depuis des décennies. La licence Star Wars contemporaine est la parfaite représentation cinématographique d'une culture geek obsédée à l'idée de retrouver le.

Premier spin-off de l’univers Star Wars, Rogue One a d’emblée une armée cosmique de reproches levés contre lui : les nostalgiques hurleront à la dénaturation, à l’essorage d’une mythologie sur l’autel de la vénalité intrinsèque au géant Disney. Si le film joue trop la carte de la franchise, il sera une pâle copie ; s’il s’en.

Alors là, c'est la fessée cul-nu sur le joufflu de George Lucas ! On a enfin à l'écran ce qu'on attend de voir au cinéma en matière de STAR WARS depuis la fin du Retour du Jedi, et surtout depuis que les nouvelles technologies permettent d'imaginer et de concrétiser tant de choses. Tout d'abord, d'un point de vue esthétique, on retrouve l'aspect visuel des origines -.

Il y a quelque chose de presque magique dans la faculté qu'ont les scénaristes (ils s'y sont mis à quatre ici) pour faire d'une simple phrase dans l'épisode IV un scénario qui tient assez bien la route pendant un peu plus de deux heures. Cette première tentative de spin-off se révèle presque même comme une réussite, si on le considère rétrospectivement à l'aune de l'épisode 7. Ne pas.

Dès le rachat de Lucasfilm, des rumeurs circulent sur Internet comme quoi The Walt Disney Company aurait pour projet de développer des films indépendants de la saga Star Wars intercalés entre la sortie de chaque nouvel Épisode. La confirmation viendra quelques mois après quand Bob Iger officialise la production de.

Je suis né au cinéma un jour de 1977 avec Un nouvel espoir. J’ai vibré, vécu et mûri avec Hans Solo et la princesse Leia. Dire que la trilogie suivante m’a déçu est un euphémisme. Sans doute recèle-t-elle quelques mérites, mais j’avais grandi. Je savais que le sale gosse doué passerait du côté obscur de la Force et.