The Lighthouse TRUEFRENCH DVDRIP 2020
The Lighthouse TRUEFRENCH DVDRIP 2020
  • Seed
  • :
  • 943
  •  
  • Leech
  • :
  • 330
  • Poids du torrent
  • :
  • 700.19 MB
  • Catégories
  • :
  • Films
  • File Nom
  • :
  • The Lighthouse Film Telecharger

Critiques : avis d'internautes :

"Still waiting for my saviour / Storms tear me limb from limb / My fingers feel like seaweed / I'm so far out I'm too far in." ("A Plague of Lighthouse Keepers" - Van der Graaf Generator) "Le cri du vieillard fut d'une soudaineté si atroce et d'une horreur tellement inhumaine que je faillis m'évanouir. Ses yeux, fixés au-delà de moi sur la mer malodorante, lui sortaient positivement de la tête et son visage était un masque d'épouvante digne.

Il y a trois ans, Robert Eggers faisait une entrée tonitruante dans le petit monde de l’horreur avec The Witch, un premier long-métrage aux allures de pari ambitionnant une épouvante très éloignée des codes du mainstream moderne. Pas de jump-scare, ni de sensationnalisme, le jeune cinéaste misait davantage sur une lenteur angoissante et une autopsie de nos peurs les plus ancestrales. Lui emboîtant le pas sur bien des points, The Lighthouse s’aventure dans les recoins les plus sombres de la.

Voilà exactement un film fait pour me plaire. Un film qui tient par la force et l’inventivité de sa réalisation. Un peu comme si Carl Dreyer avait réalisé du David Lynch. Le début est fracassant et a l’avantage de nous plonger immédiatement dans l’ambiance. Et justement, c’est cette ambiance qui prime dans le film. Images d’un noir et blanc si travaillé que l’on croirait un peu ces gravures.

Dès l’annonce de sa présence à la Quinzaine des Réalisateurs cette année, The Lighthouse a figuré parmi mes immanquables de ce Festival. Certes, je n’avais pas vu The Witch, mais le simple énoncé de l’intrigue globale et du casting suffisait à me faire me précipiter pour aller le voir, quitte à devoir attendre trois heures. Si j’avais déjà des espoirs avant d’aller le voir,.

Bloqués pendant des semaines sur une île paumée au milieu de nulle part,Thomas, un vieux gardien de phare et Ephraïm, son jeune assistant, vont chacun éprouver à leur manière les affres de la misère affective et composer comme ils peuvent avec leur frustration sexuelle. Le premier, campé par un Willem Dafoe au meilleur de sa forme, mélange de capitaine Haddock et de capitaine Achab, érige le.

Délire psychorrifique, The Lighthouse dérange, emmène le spectateur dans les méandres les plus sombres de la pensée. Sorte de mélange entre une nature morte hollandaise, Moby Dick, Freud, et un porno japonais, il met plus mal à l'aise qu'il terrifie, ayant parfois presque l'air forcé dans la folie qu'il veut transmettre, impression due à un traitement de personnages quelque peu lacunaire..

Il y a maintenant trois ans, Robert Eggers créait la surprise avec son étonnant The Witch , long-métrage horrifique qui se démarquait du genre par son travail immersif, posant une atmosphère singulière et mystique et revisitant la figure mythologique de la sorcière. Sous fond de contexte sociétal anglais rétrograde et puritain, c'est par ce prisme que le long-métrage.