Plongée dans le Monde des Dauphins FRENCH WEBRIP 2021

Critiques : avis d'internautes :

Je n'ai pas vomi le premier épisode de Thor qui demeure pour moi sympathique et ce, malgré de mauvaises tournures. Et ce personnage tenu par Portman que j'ai toujours du mal à supporter. The Dark World, c'est cheap. Un pur film de commande, cela se sent. Le scénario est trop paresseux ; et toute l'intrigue en toile de fond n'avance pas d'un iota. Mais on retrouve dans Thor 2 des choses intéressantes - même si quelques grossièretés hollywoodiennes persistent - un travail de mise en scène.

Vous ne savez pas quelle comédie familiale regarder ce soir ? Foncez au cinéma le plus proche voir Thor : Le Monde des Ténèbres. Un film bon enfant qui ravira petits et grands. S'il y a une chose que l'on ne peut pas reprocher à Alan Taylor, c'est bien d'avoir effacé le kitsch du premier film. En revanche l'humour potache est toujours là, presque amplifié. Le Dr. Selvig n'était pas assez amusant ? Rendez-le complètement dingo ! Si Darcy était déjà exaspérante dans Thor, elle l'est d'autant.

Thor : The Dark World n'avait pas besoin de grand chose pour surpasser son prédécesseur. En cela, il fait le boulot. Thor n'est plus un bouseux bloqué sur terre suite à une punition paternelle salée, il est un dieu restaurant la paix dans les neuf royaumes à grands coups de marteaux dans la tronche. Et quand il pense pouvoir prendre quelques jours de vacances, une menace mise au.

Critique garantie 100% sans jeux de mots sur Thor. Enfin, à 90%. Ou même un petit 80. Il y a du progrès. En même temps, faire pire que le film de Branagh, ça relevait de l'humainement impossible. M'enfin, de là à y voir un bon film, y'a encore de la marge. Une grosse marge. Parmi les progrès, il faut noter qu'il y a un méchant qui parvient à faire illusion. On arrive, pendant une bonne partie.

Aussi imparfait soit le premier film consacré à Thor, il avait pour lui les confrontations Shakespieriennes qu'affectionnait Kenneth Branagh. Là, cette suite, située après Avengers, est réalisée par un yes-man nommé Alan Taylor, et qui ne s'imposait vraiment pas. Il montre comment Thor va devoir se battre contre Malekith, qui avait été vaincu auparavant par Odin, tandis que Loki gise.

Salut, moi c'est Loki. J'ai tellement la classe que j'illumine à moi seul de mon aura dévastatrice tout ce qui m'entoure au point de rendre insipide n'importe qui. Même le beau Thor avec ses muscles luisant de sueur et ses sourcils froncés. En plus, comble de la classe ultime, ma costumière a eu l'intelligence de me retirer ce ridicule casque à cornes. J'avoue que j'en avais un peu marre qu'on.

Le cul coincé entre une approche visuelle kitsch et un humour balourd, la première aventure cinématographique de Thor n'avait pas convaincue grand monde malgré une petite poignée de qualités. Cette suite avait donc pour mission de rectifier le tir en proposant un univers bien plus crédible, plus axé fantasy, et surtout un script à l'ampleur plus prononcée. SI les intentions étaient bonnes, le.