Breach FRENCH WEBRIP 2021
Breach FRENCH WEBRIP 2021
  • Seed
  • :
  • 896
  •  
  • Leech
  • :
  • 314
  • Poids du torrent
  • :
  • 991.2 MB
  • Catégories
  • :
  • Films
  • File Nom
  • :
  • Breach Film Telecharger

Critiques : avis d'internautes :

Film d'espionnage qui reste en première tout du long et 1h50 quand on s'ennuie c'est interminable. OK c'est tiré d'un fait réel, mais le film aurait demandé à être peut-être un peu plus romancé. Catalogué comme thriller. le coeur ne palpite que très peu, le point culminant étant la scène où le décidément très mauvais Ryan Philippene sait plus dans quel pochette de la sacoche de Chris.

Basé sur l'arrestation du plus gros espion US du FBI, cette histoire sait rester proche des personnages et ça m'a plu. Ça a été bien sûr pas mal romancé, pour rendre l'histoire plus dramatique, plus "cinéma" mais la base est vraie et ça reste impressionnant (même s'ils ne développent presque rien sur la façon dont il a réussi à espionner pendant 25 ans sans se faire prendre, ni sur le crossover.

Des peplums modernes glorifiant l'armée, la police ou le renseignement, Hollywood en produit à la pelle pour le plus grand bonheur de la suprématie armée de l'oncle Sam. Des films dont le sujet principal est la mise en échec d'un système érigé en vainqueur absolu, il n'en existe pas tant que ça, et on retrouve la plupart du temps un message patriotique en horizon, histoire de ne pas perdre la.

Billy Ray signe avec Agent double un vrai film d'espionnage, agréable thriller à l'ancienne, sobre, tendu, froid, qui privilégie à l'action un combat psychologique entre deux acteurs dont il tire le meilleur. On remarque également la nouvelle interprétation impeccable de Laura Linney.

Billy Ray! En voilà un nom cool. Le bougre n'a pas scénarisé beaucoup de chef d'oeuvres, mais ses projets ont tout de même gagné le coeur des masses à plusieurs reprises (Hunger Game certainement son plus gros succès?). On sent aussi que son truc, ce sont les thrillers psychologiques et on devine sa frustration lorsque le metteur en scène se réapproprie son joujou ; je dis ça parce qu'au final.