Murder in the Vineyard FRENCH WEBRIP 2021
Murder in the Vineyard FRENCH WEBRIP 2021
  • Seed
  • :
  • 996
  •  
  • Leech
  • :
  • 349
  • Poids du torrent
  • :
  • 694.41 MB
  • Catégories
  • :
  • Films
  • File Nom
  • :
  • Murder in the Vineyard Film Telecharger

Critiques : avis d'internautes :

Dans la séquence d’ouverture, un flic se penche pour observer, sous une chape de béton, dans une ornière au beau milieu d’un champ, le corps inerte d’une femme. Il s’éclaire à l’aide d’un miroir de poche. Face à lui, un enfant, accroupi sur la dalle, le contemple et l’imite, répétant tout ce qu’il dit. Violent, pictural, grotesque, inapproprié : l’essence même de Memories of murder vient de s’imposer au spectateur, mais il lui faudra plus de deux heures et 17 ans.

Attiré par les critiques dithyrambiques, je me suis jeté sur ce film avec l'espoir d'en prendre plein la vue. Autant le dire ma déception est grande. Non pas que le film soit mauvais, mais loin du chef d’œuvre annoncé. Très long à se mettre en place, j'ai été à deux doigts de lâcher dans la première demi-heure. Le rythme est très lent (ce qui n'est pas forcément synonyme d'ennui, mais ici on n'en est pas loin.) ; c'est seulement au bout d'une heure qu'une vraie ambiance de polar s'installe.

Memories of Murder n'est pas monolithique. Il est certes en premier lieu un polar captivant au rythme parfaitement construit sur la traque d'un serial-killer mais il est aussi fait d'antagonismes étonnants qui lui donnent tout son caractère sans jamais tomber dans l'esbroufe ou le boursoufflé. Les deux policiers sont radicalement différents ; l'enquête coréenne à l'ancienne se confronte aux.

Bong Joon-ho aime les monstres. Il les aime tellement qu'il les filme à l'obsession, les plaçant sans cesse au cœur de son cinéma, qu'ils soient créatures fantastiques (The Host, Okja) ou symboliques (Mother). Il les aime pour ce qu'ils sont bien sûr, mais avant tout pour ce qu'ils disent de nos peurs intimes, de nos doutes et de nos angoisses profondes. Le monstre,.

Je ne sais pas pourquoi, le cinéma asiatique m'a toujours laissé froid (1). La preuve: côté nippon, je n'aime que Kurosawa et Miyazaki. Les chinois m'ennuient, les films HK me plongent dans une léthargie bienveillante, les arts martiaux m'excitent comme le ferait un balais érotique avec en première danseuse Sandrine Kimberlin ayant zappé sa séance d'épilation bi-annuelle, les mangas me.

Si Memories of Murder est de l’ordre de la prouesse, c’est parce qu’il parvient non sans génie à réécrire les codes du polar par un jeu de décalage autant tonal que dramatique donnant naissance au plus complexe des labyrinthes, le labyrinthe de la banalité, d’un quotidien à visage normal qui n’éveille guère de suspicion. C’est un vaste concert discordant où plusieurs voix s’emmêlent.

Alors que j'étais tranquillement dans un bar entrain d'apprécier une menthe à l'eau avec mon ami Bong Joon-ho, on s'est mis a parler film coréen. J'avais vu son film Snowpiercer, et je lui ai dit, c'est cool, mais bon c'est américanisé, si ça avait été un film entièrement coréen ça aurait été chiant. Il m'a alors proposé un slapbet, parce que oui Bong Joon-ho est un fan de How I Met your Mother,.