Playlist FRENCH WEBRIP 2021
Playlist FRENCH WEBRIP 2021
  • Seed
  • :
  • 1016
  •  
  • Leech
  • :
  • 356
  • Poids du torrent
  • :
  • 696.68 MB
  • Catégories
  • :
  • Films
  • File Nom
  • :
  • Playlist Film Telecharger

Critiques : avis d'internautes :

Pour son premier long métrage, l'autrice de BD Nine Antico signe une enthousiasmante auto-fiction à la B.O parfaite, témoin d'une Playlist maîtrisée jusque dans ses moindres détails. Le choix audacieux du noir et blanc illustre à la fois les errements de son héroïne en quête de sens à une vie trop terne et incertaine, en même temps qu'il apporte le juste contre-point rétro à une œuvre féminine et féministe tout à fait dans l'air du temps. Et le casting est parfait, surtout dans.

Playlist est censé être une comédie. Voire. De celles qui ne font pas rire et à peine sourire, visiblement, et essaient de capter l'air du temps, dans une suite de péripéties plus ou moins captivantes, à défaut d'un vrai scénario. Il y a là des partis pris trop signifiants comme ce noir et blanc, pour faire chic, son accompagnement musical, un peu trop présent pour masquer l'absence de dynamisme de la mise en scène et, surtout, une voix off un brin sentencieuse qui s'interroge sur l'amour,.

Sur le papier, j'avoue, il y avait de quoi décourager: encore un premier film d'une autrice de roman graphique, encore coachée par des professionnelles de la profession estampillées Femis, encore en noir et blanc, traitant encore une fois des tribulations urbaines et sentimentales d'une jeune femme de son époque, encore une fois interprétée par Sara Forestier, avec encore des musiques hyper.

Voilà déjà une dizaine d’années, Nine Antico fit le buzz avec un très beau livre, "Girls Don’t Cry", qui mêlait joliment chronique des émois de jeunes parisiennes branchées et références musicales, le tout saisi par un dessin aussi stylisé que vif et « frais » (comme on ne disait pas encore autant alors…). Si l’on n’a – grosse erreur – pas suivi avec autant.

Enfin du slint dans un film, et français! Le film est clairement indé, dans la mouvance nouvelle vague, cold wave, dans une ambiance molle et paisible qui restranscrit assez bien celle d'un bd indé américaine, loin de l'art du comics et ses super-héros: tout flotte dans une atemporalité de longue après-midi désoeuvrée genre années 90. Ca parle de désirs, de rêves, d'ambition, sans vision,.

Joie ultime, je suis retourné au cinéma ! Un rêve éveillé, une excitation rare. Vivement que ça rouvre pour de vrai. Qui plus est, c'était pour voir le 1er long-métrage de Nine Antico, et le film est magnifique ! Comme il sort le 2 juin (les salles rouvrent le 19 mai, ruez-y vous), je ne veux pas trop spoiler le film, mais disons que le sujet est celui d'une jeune femme qui se rêve.

Il y a des moments, des détails de la vie qui sont capturés par la seule force du désir. En mettant tout cela au féminin, avec une sincérité renversante, Nine Antico réussit son premier long haut la main. Et ce n’est pas seulement dans le sens où elle cherche à cultiver de l’originalité, loin de là. Elle s’attarde sur le quotidien de son héroïne, qui ne cesse d’embrasser tout ce qui la fait.