Transformers 4 : l'âge de l'extinction VOSTFR DVDRIP 2014

Critiques : avis d'internautes :

Je m'étais dit que je n'en parlerai pas mais réflexion faite, why not ? Ca nous fait marrer ou ça nous énerve, mais c'est un fait : Michael Bay existe. Ce grand dadais (1m95, ça calme) règne sur le box-office avec un large sourire, nivelle par le bas le divertissement que d'autres s'échinent à traiter avec déférence (au hasard, John McTiernan, feu Tony Scott, James Cameron.), mais remplit les caisses et, reconnaissons-le, amuse sa galerie. D'aucuns vous diront qu'il a évolué avec.

Intro avec voix Off / Boum / Coucher de Soleil / Critique sur le cinéma actuel et ses suites et remakes / Drapeau Américain / Boum / Pan Pan Pan / Marky Mark avec des Lunettes de Hipster / Bruit de Transformation / Voiture qui font Vroum / Boum / Pan pan pan / MoneyShot / plus de voiture / Je suis Galvatron / Papaaaaaaa / Tesssaaaaa / Boum Boum Boum / MoneyShot / OPTIMUS Prime Vénère / OPTIMUS sort son épée / OPTIMUS sur son dinosaure / Pan Pan Pan / Mega explosion de la mort qui tue / Plan au.

Putain. Je ne peux décidément pas me résoudre à mettre moins de la moyenne. Assumant une fascination à peine teintée d'ironie envers Michael Bay, j'ai toujours trouvé étonnant l'acharnement dont il fait perpétuellement l'objet, surtout venant de gens qui le catégorisent comme LE chantre du mauvais cinéma américain alors même qu'ils mettent sur un piédestal des trucs aussi médiocres que The.

Et si c'était son film le plus personnel finalement ? Après s'être cherché durant des années, Michael Bay met son coeur à nu et nous laisse entrapercevoir ce qui se cache chez cet homme incompris, peut être trop en avance sur son temps tout simplement. Un réalisateur qui ne voulait qu'une chose au fond, partager son amour pour le cinéma et l'Amérique, quelqu'un comme vous et moi qui a toujours.

Bien que je raffole de ces productions faramineuses et récréatives, il y a malheureusement une fin à tout et le réalisateur semble bien apprécier de perdre son temps à mettre en œuvre des longs-métrages qui ont perdu leur total intérêt. Ce qui est malheureusement le cas pour ce quatrième volet mettant en contexte les plus réputés robots-aliens du cinéma face à leurs.

Nous allons donc faire aujourd'hui un cours (une révision pour certains) concernant les figures de style. Je ne dirai rien des comparaisons, trop connues déjà, mais jetons un rapide coup d'oeil sur les métaphores, qui sont des comparaisons sans outils de comparaison. Un exemple ? _ Moi, m'sieur. _ Nous t'écoutons. _ "Tranformers 4, c'est une mer en furie dans laquelle le spectateur est balloté.

La corbeille de fruits, en métal chromé rutilant, contient aujourd’hui 25 pommes, 25 poires, 18 bananes, 9 melons, 5 pastèques, le tout en pyramide. Au sommet, de la chantilly. - Beats, Bud Light, Pokemon, les produits chinois, Monument Valley, check. - On est bon, chef. - Ok. Ligne de conduite pour cet épisode : on change tout. Les acteurs, l’ambiance, plus dark, moins de bouffonnerie à la.