Brooklyn Affairs FRENCH DVDRIP 2019
Brooklyn Affairs FRENCH DVDRIP 2019
  • Seed
  • :
  • 1171
  •  
  • Leech
  • :
  • 410
  • Poids du torrent
  • :
  • 1.37 GB
  • Catégories
  • :
  • Films
  • File Nom
  • :
  • Brooklyn Affairs Film Telecharger

Critiques : avis d'internautes :

Après avoir vu la bande annonce, et accessoirement avant d'entrer dans la salle, on pourrait s'étonner de trouver l'excellent Edward Norton dans le siège de réalisateur. Ce serait oublier qu'il s'est pourtant déjà confronté à l'exercice presque vingt ans plus tôt, avec Au Nom d'Anna, film hautement imparfait et oubliable mais plutôt attachant, grâce à la jolie Jenna Elfman, qui déserte aujourd'hui le grand écran. Il ne faut pas longtemps pour comprendre.

Dès le début du film, le syndrome de la tourette du personnage principal laisse le spectateur perplexe : à quoi peut bien servir de conférer une telle maladie à un personnage principal, sinon à polluer les dialogues et l'émotion d'une scène ? Éventuellement à combler des fins humoristiques, occasionnellement, mais ce de manière lourde et grossière ("gros seins" toussote Lionel devant une hôtesse d'accueil). Voilà un fardeau que l'on se trainera tout le long du film. Puis, dans la.

Il faut bien reconnaître qu’on ne voit plus trop Edward Norton à l’écran, et que c’est regrettable. Le voir de retour dans un projet d’ampleur, à la fois à l’adaptation du roman de Lethem, à la réalisation et pour un premier rôle est plutôt réjouissant, d’autant que son film s’inscrit dans une tradition (le film noir, la reconstitution fidèle d’un genre comme.

Pas trop accroché. L'intrigue est un peu foutraque et pas très bien structurée. De plus, tous ces détails ne servent à rien au final quand il suffit de quelques révélations finales avec de lourdes explications pour qu'on comprenne enfin de quoi il retourne. je ne comprends pas trop cette manigance à vouloir construire de façon aussi complexe/alambiquée quand au final l'auteur tombe.

Décidément, les grosses productions d'Hollywood lorgnent de plus en plus souvent vers les années 50, dès lors qu'il s'agit d'évoquer les Etats-Unis. L'âge d'or de cette civilisation, peut-être ? L'époque en tout cas d'une certaine prospérité, mais aussi celle de la montée des revendications pour les droits civiques des minorités. Après "Green book sur les routes du sud", voici "Brooklyn.

C’est pas mal. Un peu désuet, un peu long, un peu mal fagoté, mais c’est pas mal. En revanche je ne vois pas trop ce qui intéresse Norton là-dedans (il paraît qu’il planche sur l’adaptation de ce bouquin depuis vingt ans) hormis le fait d’incarner (pour la performance, syndrome Joker, toujours) ce curieux personnage, privé maladroit atteint du syndrome de Gilles de La Tourette, qui pourrait.

Attention, cet avis contient ce genre de spoilers: Ah ouais, tu crois qu'on en a pas délogés des loqueteux pour bâtir ce style haussmannien qui fait la fierté de Paris et l'efficacité des CRS? Ça s'appelle la gentrification et quelques générations plus tard, tout le monde trouve ça très bien. La remarque vaut aussi pour les décennies à venir. Aaaaah.